mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

22 Novembre 2020

L'ECUMEUSE DE CIMETIERES

Un beau titre de polar, convenez-en !

Après le Nord, voici venu le temps de celui de l'Est. Beaucoup plus ensoleillé, normal vu son nom mais aussi beaucoup plus rectiligne, moins tortueux, alambiqué, romantique donc que celui du Nord. Jugez vous même sur plans.

mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renautmardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

Pourquoi s'y fourvoyer me direz-vous, mais parce qu'il ne manque pas de qualités : l'ensoleillement comme cité plus haut,  sa faible fréquentation en comparaison de celui du Nord et ses belles allées rectilignes. Ces deux dernières  étant idéales pour atteindre le 7km/h. Quand le cimetière du Nord est celui de la balade, de la flânerie, de la déambulation, l'Est est celui de la performance, de l'allure.

De l'allure, l'entrée n'en manque pas.

Admirez cette belle allée ! On a déjà envie d'allonger le pas.

Question kilométrage, il suffit de faire le grand tour, puis le tour intérieur et l'aller-retour sur l'allée du milieu. Recommencer le circuit une fois. Allez vous asseoir sur le banc de la première allée transversale et vous aurez fait 5km. Un kilomètre pour arriver au cimetière et un pour rentrer chez moi et voilà les 7km exécutés dans l'horaire et dans le rayon... Quelques étirements et on peut passer à la lecture.

Une petite lassitude la dernière fois m'a fait m'attarder un peu et remarquer des croix insolites. Elles rappellent  les sculptures du parc de la Patte d'Oie et du parc Schneiter (ces deux parcs formaient auparavant une seule entité coupée en deux en 1841 par le percement du futur boulevard Roederer). Le paysagiste rémois Edouard Redont réalisa la cascade et la pièce d’eau en 1895 dans le style rusticage. 

mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

L’art du faux bois ou rusticage ne s’est pas cantonné à l’ornementation des façades de villas ou à la réalisation d’éléments décoratifs de jardins ou de parcs. La diversification des entreprises spécialisées en travaux de ciment a introduit cette forme d’art à l’intérieur des cimetières. Et voici celles qui ont attiré mon attention.

mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

J'ai profité d'un rendez-vous médical rue Simon pour explorer le cimetière du sud.  Je compte sur votre discrétion ! Là aussi grandes allées : grand tour puis tout intérieur totalisent 2km. Quelques vues de ses allées et des sculptures qui nous intéressent.

mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut
mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

Puisant ses racines dans l’Antiquité, la Renaissance maniériste puis le mythe du bon sauvage, l’architecture en faux bois, souvent associée à la rocaille, a trouvé son heure de gloire sous la Troisième République. Rares étaient alors les communes qui n’offraient au moins un exemple de cet artisanat contemporain de l’Art nouveau dans lequel il puisait l’esthétique des courbes. Le faux bois est depuis tombé dans l’oubli, parfois dans le mépris alors qu’il témoigne d’un indéniable savoir-faire.

https://journals.openedition.org/pds/398#tocto1n9

La technique de fabrication:

Les éléments de décor sont constitués d’une armature de fer (fer à béton et grillage) recouverte d’une couche de béton et/ou de ciment. Le revêtement est ensuite façonné à la main pour y dessiner les veines et les nœuds du bois. Chaque ouvrage est une œuvre d’art unique.

mardi 24 novembre 2020 avec Martine Renautmardi 24 novembre 2020 avec Martine Renaut

Mais, paradoxalement, le rusticage ne cherche jamais à être parfaitement réaliste : aussi belle soit l’imitation, elle doit toujours laisser voir qu’elle n’est pas réalisée en vrai bois ! C’est tout l’aspect sociologique de cet art : le promeneur doit se sentir en osmose avec la nature, mais en aucun cas oublier qu’il est civilisé. 

 

Nous ne risquons pas d'oublier notre côté "civilisé" en ce moment !

Finissons gaiement avec ce mausolée d'un genre tout à fait particulier. Artiste de cirque ? Soldat des Indes ? Descendant d'un guerrier d'Hannibal ? Le mystère reste entier.

 

Protégez-vous ! Portez-vous bien !

Partager cet article

Commenter cet article

B
Des reportages toujours aussi intéressants.
Répondre
B
Mon ordinateur a beugue.....
Répondre
B
Encore un beau reportaf
Encore un beau reportage Martine ! Et ohitos a k appui







Encore un beau reportage Martine ! Et photos a l appui !
Bravo !
Répondre
A
Sont les meilleures expériences...
Répondre
A
Euh....En cette période de Covid où la morosité gagne du terrain, je me demande si les immersions cimetière si tu les meilleures expériences à partager...????....
Répondre
B
Et pour le rusticage, une curiosité contemporaine : l'esplanade de l'école Anquetil... avec son ours polaire et sa banquise. Kitsch à souhait !
Répondre